Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Trungpa donne son avis ...

Les Amants du Spoutnik - Haruki Murakami

        Vous avez déjà été perturbé par la résonance qu’un livre, qu'une histoire peut avoir en vous ? Avec Les amants du Spoutniks de Haruki Murakami, c’est ce qui m’est arrivé. C’est le premier roman que je lis de cet auteur japonais que l’on m’a chaudement recommandé.

Le narrateur, K., est amoureux de Sumire, mais celle-ci n’a que deux passions : la littérature et Miu, une mystérieuse femme mariée. K. aime et la désir, Sumire aime Miu et la désire, Miu aime Sumire mais ne peut la désirer, K. désire Miu sans l’aimer et Sumire aime K. sans le désirer. Au sein de ce triangle amoureux, chaque amant est un satellite autonome et triste, et gravite sur l'orbite de la solitude. Jusqu'au jour où Sumire disparaît...

On tombe alors dans le fantastique, le dédoublement de personnalité, de réalité. L’histoire qui devient un peu farfelu reste forte. D’autant plus qu’elle m’a touché. Ayant l’impression que le narrateur était moi. Non pas par le jeu de la syntaxe. Mais par la superposition de mon âme et de celles de K. Sumire semble être le personnage centrale, mais l’introspection est celle de K.. K. est le héro celui qui évolue. Non seulement ce personnage me correspond par son parcours mais je me suis retrouvé dans ses pensées.

 

EXTRAIT :

« En général, cependant, je m’embrouille légèrement quand je dois parler de moi. Je me prends les pieds dans cet éternel paradoxe : qui suis-je ? Certes du point de vue de l’information pure, personne au monde ne peut dire autant de choses sur moi que moi-même. Mais dés qu’il est question de ma personne, le moi-narrateur s’applique désespérément à éliminer ou sélectionner certaines informations – à cause de divers intérêts ou compétences en tant qu’observateur, ou à cause d’un sens des valeurs ou d’un degré de sensibilité qui me sont propres. Et dans ce cas, quelle est la valeur objective du portrait que je brosse de moi-même, jusqu’à quel point est il conforme à la réalité ? C’est un point qui me tracasse. Qui m’a tracassé toute ma vie, en fait……….

..Je ne ressentais pas non le plus le moindre désir  de trouver un emploi dans une entreprise ordinaire et d’y passer ma vie dans une compétition féroce et sans fin, pour gravir pas à pas les pentes glissantes de la pyramide capitaliste.

J’en vins donc à choisir, par élimination le métier d’instituteur. L’école où je travaillais était à quelques stations de métro de mon appartement. Mon oncle faisait partie du comité éducatif de la ville, et c’est lui qui me proposa le premier ce métier. ….. Et si je n’avais pas choisi ce métier par vocation lorsque je commençai à l’exercer, je développais un amour et un respect dont je ne me serais jamais cru capable.. »

En fait je n’ai pas retrouvé exactement l’extrait que je voulais mettre mais bon ce passage me parle à moi personnellement.

Tout ça pour dire, que j’ai adoré et ai été un peu déboussolé par ce roman. C’est un avis très personnel, je ne suis pas certain qu’il fasse le même effet à tous, mais ça reste, tout de même un très bon livre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Carla :0010: 07/02/2007 18:24

bisous et merci de tes visites. Donc, ci j'ai bien compris, t'as aimé ;-)) bibis

Trungpa 08/02/2007 10:47

oui je crois ....

M. 07/02/2007 11:41

Je ne connais pas ce livre, mais en général j'aime bien Murakami Haruki, donc je note :)M.

Trungpa 08/02/2007 10:47

tu sais peut être  si elle est très connue au Japon ???