Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Trungpa donne son avis ...

L'album est mort ?

La question est posée et mérite une réflexion déjà entreprise par Rue89 et Les Inrocks, Ici et .
Il e
st vrai qu'aujourd'hui il semble au vu de la médiatisation que le MP3 commence à être la norme musicale. De plus, l'industrie du "disque" s'est toujours adapté, sans avoir trop le choix, aux formats proposés. Il est vrai qu'au début l'album n'était pas la norme puisque pendant longtemps le vinyle 45 tours dominait le marché. Mais le 33 tours était présent et permettait une approche différente de la musique, via un regroupement de chansons faites, le plus souvent, pour être ensemble, surtout dans les "concepts album".

Le cd a repris le même système avec un changement de taille, les pistes que l'on peut changer facilement. Du coup, le zapping est devenu possible.

Aujourd'hui, il semble que le marché se tourne vers la consommation de singles dont on peut faire des compils comme on le souhaite. On le faisait plus ou moins avec les K7 audios, lors d'enregistrements interminable le doigt positionner sur la touche pause pour bien couper le morceau. Maintenant tout est plus simple.

Ainsi, de nombreux professionnels déclarent la mort de l'album qui pourtant, pour l'instant reste la norme. Un groupe est engagé par une maison de disque pour un certain nombre d'albums. Que vont donc devenir les artistes, des machines à singles ? Les maisons de disque inventent apparemment un nouveau format (numericovidéomuscale) pour fanatisé le consommateur (sorte de réseau info sur groupes)

Personnellement, je reste un adorateur de l'album. Et ce serait une folie pour moi de voir ce format disparaître. Ce serait même probablement la mort du côté artistique de la musique. C'est pour ça que je ne vois pas comment cela pourrait arrivé. Pourtant un de mes groupes favoris, Radiohead, dit ne plus vouloir faire d'albums (lire ici). Ils iraient vers des formats plus petits de type EP. Pourtant pour moi, le groupe représente l'arquétype même du groupe à album. Imaginez Radiohead coincé dans leur single Creep. De plus, l'album est quelque chose qui se savoure que l'on apprend à aimer, très loin des singles. Il faut prendre le temps de se l'approprier. Très souvent je considère qu'un album sur lequel je vais accrocher complètement à la première écoute ne va pas me plaire longtemps, je vais m'enlacer en raison d'un très fort manque de profondeur. De plus je n'imagine pas des groupes comme Sigur Ros pouvoir s'intégrer dans une telle mouvance.

Certes la dématérialisation de l'objet album, que cherche à mettre en place les grandes maison de disque semble inéluctable. Mais je reste un fervent supporter de l'objet, même si je vais rarement jeter un oeil dans le livret.
J'ai  certainement abusé du téléchargement illégal à une époque mais une grande partie de ce que j'ai découvert par ce biais est venu prendre une petite place dans ma cdthèque. Avec mes environs 400 albums (dont 1/3 achetés d'occasion) je pense avoir remboursé ma piraterie de l'époque (je viens juste de faire le calcul, je dois être un peu malade).
Aujourd'hui je songe même à investir dans une platine vinyle tellement l'objet et l'album est important pour moi.

Alors oui, le MP3 a pris de la place mais je en suis pas prêt à perdre ma musique en un bug informatique. Le streaming est actuellement la grande nouveauté que les maisons de disque doivent prendre en compte avec le monde internet, un nouveau marketing qui doit permettre la survie du plus important : L'ART
puis

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article